Lorsque la voirie évolue, la ville évolue...(4)

publié le 24 mai 2012 (modifié le 25 mai 2012)

Exemple d’un aménagement de liaison douce entre CHERREAU et LA FERTE BERNARD.

En France, près de 32 000 communes ont moins de 2 000 habitants et fonctionnent au sein d’un territoire maillé par des réseaux essentiellement routiers. Ces réseaux sont généralement peu adaptés à des déplacements à pied ou à vélo. Ce contexte limite le développement des modes actifs. Cependant, certains territoires, communes s’engagent vers d’autres logiques de déplacement avec l’élaboration de plans vélos intercommunaux et la réalisation de liaisons douces "piétons-vélos".

M. Michel DIVARET Maire de CHERREAU (72400) nous présente un aménagement de ce type.


# Pouvez vous nous décrire rapidement votre commune et le contexte de votre projet ?
La Commune de Cherreau du département de la Sarthe a une une population de 920 habitants et est située à 1,4 km de la Ville de La Ferté-Bernard (chef lieu de Canton). Elle est reliée à celle-ci par la route départementale RD 153.

Cette section de la RD 153, comprise entre Cherreau et La Ferté-Bernard, est également très fréquentée par de nombreux habitants de CHERREAU, notamment :

- des adolescents pour se rendre dans les collèges, les lycées et pour pratiquer des activités (sports, musique, …) à La Ferté-Bernard ;
- des adultes pour se rendre à leur travail (ex : des infirmières et des aides soignantes, habitant Cherreau, vont à L’hôpital qui est située sur cette route et limitrophe de Cherreau) ;
- d’autres personnes pour des besoins sur La Ferté-Bernard (commerces, santé, marchés, …) ;
- les promeneurs et les marcheurs de Cherreau et de La Ferté-Bernard pour leurs loisirs.

Mais cette section de la RD 153 située hors agglomération n’était pas adaptée pour la circulation des piétons. Il n’y avait pas de trottoirs, mais seulement une bande enherbée, peu praticable la nuit ou par temps de pluie, entre le fossé et la chaussée. Les piétons devaient marcher sur la chaussée. Il était fréquent de rencontrer de nuit, le matin ou le soir, de jeunes cyclistes sans éclairage. Ces faits, sources d’insécurité routière, étaient très « accidentogènes », il y avait donc une situation de conflit entre les véhicules, les cyclistes et les piétons peu favorables au développement des modes actifs (piétons et cyclistes).

# Et vous avez donc mis en place un itinéraire plus adapté ?
C’est pour répondre à ce phénomène d’insécurité, et à une forte demande des Cherreaussiennes et des Cherreaussiens, que le Conseil Municipal a décidé de réaliser en 2008 une liaison douce « piéton-cycles » entre Cherreau et Ferté-Bernard. Ce projet a été étudié en plusieurs étapes et a reçu un avis favorable du gestionnaire des routes du Conseil Général de la Sarthe. La section de la RD 153 concernée par ce projet a également été entièrement mise en zone agglomérée pour améliorer la sécurité routière par la réduction des vitesses.

# Vous avez aussi innové lors des travaux ?
Le traitement de sol de la voirie, a été réalisé grâce à une technique consistant à mélanger le sol avec du ciment et de la chaux sur 35 cm de profondeur. De ce fait, il n’y a pas d’évacuation de terre et d’apport de pierres, donc moins de camions à circuler sur les routes et d’heures de pelleteuse, moins de pollution, et une voirie de très bonne qualité.

Les bordures en ciment ont été coulées sur place et non pas ajustées les unes après les autres par longueur d’un mètre. Une toupie de béton a injecté le béton dans un moule défilant le long de la voie, avec là encore moins de manipulations et de meilleures conditions de travail.

L’éclairage est assuré grâce à des lampadaires qui s’allument le matin à partir de 6 heures et le soir jusqu’à 22h30.

# Avez vous alors constaté des évolutions dans le comportement des gens ?

Depuis la création de la liaison douce, on observe que de nombreuses personnes délaissent la voiture pour se rendre à La Ferté-Bernard et utilisent le vélo ou s’y rendent à pied. Les gens se sentent en sécurité car la liaison douce est séparée de la route par le fossé et une bande herbée.