QR7 - 07/07/2009 Piétons et zones 30

publié le 15 juillet 2009 (modifié le 4 septembre 2012)

Faut-il matérialiser des passages piétons en zone 30 ?



Faut-il matérialiser des passages piétons en zone 30 ?

En préambule, rappelons que le décret n° 2008-754 du 30 juillet 2008 a introduit dans le Code de la Route, le principe de prudence à l’égard des usagers les plus vulnérables. L’article R412-6 précise désormais que le conducteur « doit, à tout moment, adopter un comportement prudent et respectueux envers les autres usagers des voies ouvertes à la circulation. Il doit notamment faire preuve d’une prudence accrue à l’égard des usagers les plus vulnérables ». Ainsi, même s’il n’y a pas de passage piétons, l’automobiliste doit anticiper d’éventuelles traversées de piétons.

Rappelons également que règlementairement, il n’est jamais obligatoire de marquer des passages pour piétons. Mais, lorsqu’ils existent, les piétons sont obligés en vertu du Code de la route de les utiliser pour traverser dès lors qu’ils se situent à moins de 50 m de part et d’autre.

S’agissant des zones 30, l’espace demeure affecté de façon traditionnelle avec une chaussée pour les usagers motorisés et les cyclistes, des trottoirs pour les piétons. La règlementation relative aux piétons est la même que pour la voirie à 50 km/h. Ils n’ont pas de priorité particulière et ne sont pas autorisés à circuler sur toute la largeur de la chaussée. La règle est donc la priorité aux piétons s’engageant régulièrement dans la traversée d’une chaussée ou manifestant clairement l’intention de le faire (décret du 12 novembre 2010).

Toutefois, du fait de la faiblesse des vitesses pratiquées par les véhicules motorisés, les piétons peuvent traverser plus facilement dans de bonnes conditions de sécurité et ce, en tout point de la chaussée. Les aménagements doivent donc tendre à faciliter la traversée des piétons tout au long de la chaussée en limitant le recours au passage piétons et en évitant les bordures hautes lorsque cela est possible.

A noter toutefois que l’absence de passages pour piétons empêche les chiens qui accompagnent les personnes aveugles de se référer à ce signal pour identifier les lieux de traversée. C’est un fait et des solutions sont en cours de recherche.

Enfin, même s’il n’y a pas de passages piétons marqués, l’installation de bandes podo-tactiles d’éveil à la vigilance est obligatoire chaque fois qu’un abaissement de trottoir ou un réhaussement de chaussée est prévu. Leur objectif est d’avertir les personnes aveugles ou malvoyantes du changement d’espace donc du danger potentiel.

Pour en savoir plus :

. Zones 30 - Des exemples à partager - Certu 2006

. Les fiches techniques sur les zones de circulation particulières en milieu urbain - Certu - 2008